Retour Portraits passion

Josette Noury

Responsable d'équipes Decathlon Campus (Villeneuve d’Ascq, Nord) et chef de projet

Responsable d'équipes Decathlon Campus (Villeneuve d’Ascq, Nord) et chef de projet

"Mon parcours."

Moi, c’est Josette. Je suis née dans le pétrin, au bon sens du terme, parce que mes parents étaient artisans, passionnés par les métiers de bouche : pâtisserie, boulangerie… Je n’ai pris de cette enfance que les bons cotés, c’est-à-dire, le sens du commerce, le goût des bonnes choses, le plaisir de cuisiner pour les autres mais aussi la convivialité. Aujourd’hui, quelques décennies plus tard, je suis bien dans ce que je fais, et je le fais bien, parce que c’est mon talent.
On peut dire que mon poste est un peu complexe, car il regroupe plusieurs missions, en fait. En effet, je suis rattachée au site de Decathlon Campus, site qui est ouvert à tous les sportifs (collaborateurs comme clients) et qui, outre le magasin, regroupe plusieurs activités, comme la restauration, la relaxation, etc… C’est donc un poste de service et d’exploitation de site, poste pour lequel je dois mettre en place une méthode, c’est-à-dire trouver la performance pour être le plus utile et efficace possible pour tous nos collaborateurs et visiteurs.

"Parler avec les jeunes de la génération Y me fait penser autrement sans pour autant changer mes convictions."

Je suis rentrée chez Decathlon à l’âge de 43 ans. Il s’agissait de mettre en place de petits restaurants, ouverts, et accessibles. Je trouve extraordinaire de faire et d’oser, cette liberté que l’on a chez Decathlon. C’est pourquoi notre enseigne est unique.
Très vite, j’ai évolué vers d’autres services, dont l’accueil, la presse, la logistique… Et, en 2015, le restaurant d’entreprise, basé à Campus et surnommé « Chez Josette » car je l’avais mis en route et tout le monde a appliqué mon nom à cet espace, est passé de 9 500 couverts à 3 600 par mois. A contre cœur, il nous fallu le fermer. Il ne devenait plus assez éthique, plus assez dans la philosophie de Decathlon. Cela ne correspondait plus à ce que nos collaborateurs attendaient. Dans mon malheur, j’ai eu la chance de pouvoir garder le lieu, en le transformant, en le rénovant. J’avais déjà transformé des espaces de vie et de travail, et ce une bonne douzaine de fois. L’accueil actuel de Campus était par exemple, autrefois, une sorte de kiosque à journaux, puis ce fut un espace de tri. Le projet du restaurant d’entreprise était donc excitant… Comme j’ai besoin de changement et que j’aime par-dessus tout des projets, et les mener à terme, ce défi était pour moi !
En 2016, Decathlon est entré dans une nouvelle stratégie nommée « En Bleu et Vert ». J’ai rejoint la communauté « zéro déchet » parce que cela me parle et me ressemble. Je suis commanditaire de l’Atelier en question pour la communauté qui travaille sur ce sujet. On a mis en place, chez Josette, un espace à compost, ainsi que des tables à cultiver.
Mon aventure chez Decathlon prend bientôt fin. Je partirai certainement un peu frustrée parce qu’il y a encore tant de choses à faire, à partager avec des générations beaucoup plus jeunes, et je les trouve géniales, car ouvertes et avec cette envie d’avancer. Et moi, parler avec cette nouvelle génération Y, cela me fait penser autrement sans pour autant changer mes valeurs et convictions !

"Je ne suis pas venue au départ chez Decathlon pour travailler directement pour l’aspect sportif, mais pour le projet de restauration."

"Mes collaborateurs fétiches."

Quand j’ai eu l’occasion de rejoindre cette Team de Campus, il y avait deux équipes bien distinctes : d’un côté, un groupe logistique, et de l’autre une équipe courrier. Pour moi il y avait une rigidité dans le travail. Mon objectif premier était de réunir les deux, de faire en sorte qu’elles œuvrent ensemble, sur leurs projets respectifs certes mais en comprenant les avancées de l’autre. Il était important que je sache quel était leur environnement de travail idéal. Et le second objectif était de changer les façons de travailler de chaque équipe, en les faisant tourner sur différentes missions, plutôt que de voir les collaborateurs sédentaires et dans des tâches répétitives. J’avais envie d’accompagner chacun pour le faire évoluer dans son métier.

Le nerf de la guerre était d’enrichir ces métiers. On a ainsi créé des moments de partage, et aujourd’hui c’est une vraie et belle équipe constituée de quatre garçons : Olivier, Franck, Manu, et Miguel. Et de deux femmes : Danielle et Dorothée.

"J'avais envie d’accompagner chacun pour le faire évoluer dans son métier."

"Ma plus belle rencontre."

Ma plus belle rencontre en arrivant chez Decathlon fut Pierre-Francois, alias Pif, notre Pif. Ma mission concernait au départ le restaurant de Campus, quand celle de Pif concernait les terrains de sport extérieurs. Nous avions une envie commune, celle de monter des projets. Je l’ai accompagné naturellement car son projet, comme le mien, mettait en son cœur le sport et la convivialité. Avec Pif, on a commencé à travailler sur l’organisation d’anniversaires sportifs pour les enfants Au début, on les organisait sur la terrasse du restaurant, on ramenait des petits gâteaux, avec des enfants de collaborateurs, à qui on faisait tester divers produits sportifs des Marques Passion Decathlon.

A un moment donné, il a quand même fallu être rentable et nous avons rationalisé l’ensemble. D’ailleurs, un jour, j’ai réussi à obtenir 10 000 goûters gratuits grâce à un partenariat gagnant-gagnant et malin ! On a ainsi pu faire pleins de goûters pendant l’été avec ces 10 000 madeleines. On a toujours eu une belle complémentarité avec Pif. Il a un sens du service extraordinaire. C’est un sportif qui est toujours au rendez-vous, avec un esprit d’équipe comme je n’ai jamais vu. Il va par exemple organiser un tournoi, et pour lui, le but ce n’est pas la victoire mais l’objectif est que tout le monde se fasse plaisir en jouant. C’est une belle rencontre et on continuera jusqu’au bout ensemble.

"L’histoire de mon collègue Pif et des 10 000 madeleines."

"La Maison des Collaborateurs."

La mise en place de la Maison des Collaborateurs est ma plus grande fierté… le projet où je me suis le plus éclaté ! Après la fermeture du restaurant, j’ai eu l’opportunité de garder l’espace, la chance pouvoir de répondre aux demandes et envies des collaborateurs, en respectant les différences de cultures. Dans un premier temps, nous nous sommes attaché aux besoins liés à la restauration, puis ensuite aux espaces de détente, pas seulement pour être dans l’air du temps mais surtout pour que ce lieu serve, soit utile, ludique, pratique. Vivant, en somme ! C’est aujourd’hui un espace de détente, pour y travailler autrement. Ce qui a été extraordinaire a été de voir comment l’histoire de l’ancien restaurant a été conservé tout en créant un nouveau lieu. J’avais en effet décidé d’en garder l’âme, tout en le rajeunissant, en conservant par exemple les poutres et les arches d’origine… Nous sommes allé plus loin encore, en intégrant dans cet espace le complexe de santé au travail, comprenant un ostéopathe, une réflexologue, et une naturopathe.

Aujourd’hui, j’ai encore un projet à faire aboutir. Je rêve d’installer un espace zen avec du sport doux, tel que du yoga, ou de la méditation. C’est en cours…

"Chez Josette devient la Maison des Collaborateurs."

"Ce que je changerais chez Décathlon."

Aujourd’hui, chez Decathlon, nous sommes autonomes, on a un cadre qui est celui de l’entreprise, et je trouve cela très juste. Mais, si je devais faire évoluer quelque chose cela serait la simplicité dans la prise de décisions. Il y a trop de projets qui sont en attente. Même si on doit oser, ce sont tout de même des enjeux importants, et cela traîne trop souvent, et nous perdons parfois pied. J’aimerais également faire évoluer le projet « En Bleu et Vert ». Et pour beaucoup, cela commence par l’écogeste. Je pense qu’en tant que citoyens, nous avons la responsabilité d’agir, pour faire évoluer les choses.

"Trop d’attente avant de prendre les décisions : allez, on y va !"

"Mon expérience."

La Maison des Collaborateurs existe, certes, mais il est très important de continuer à transformer et moderniser les autres lieux. Il y a, par exemple, le projet de modernisation de tout le Campus en cours, j’ai hâte de le voir le résultat final…. Je suis déjà dans les réflexions pour d’autres projets. J’aimerais pouvoir aller au bout, mais le temps risque de jouer contre moi, parce que la retraite pointe le bout de son nez, dans quelques mois, déjà… Comptez sur moi pour la dernière ligne droite : je vais boucler le maximum de projets avant de partir !

"Comptez sur moi pour la dernière ligne droite !"

"Produit coup de coeur."

Le cyclisme est un sport partagé par ma famille, avec mon mari. J’ai plaisir à en faire, non pas pour la compétition mais plutôt pour la randonnée. Découvrir des pays à vélo est une passion. Cela me permet aussi de participer à certains challenges qui me tiennent à cœur, comme, dernièrement le projet « tous en selle », où je suis venue au boulot à vélo. Pour moi, c’est un sport qu’on peut faire longtemps, de 4 à 99 ans.

Mon vélo BTwin fétiche